#1.2 L’USURE BANCAIRE (CONTRAFAÇON) ET LA FRAUDE, DEUX ACTES CRIMINELS, DÉFINISSENT L’ARGENT CANADIENNE

L’OR ET LA GUERRE

—» L’or appartient à l’humanité et elle ne peut pas être privatisée.
—» La monnaie internationale doit être basée sur l’or.
—» Une seule valeur monétaire internationale

L’or de la planète terre appartient à l’humanité via la Banque mondiale. Il s’agit de lois internationales signées suite à la deuxième guerre mondiale pour prévenir la guerre sur terre. L’or ne peux pas être privatisé. L’or exploité (volé) sur un territoire appartient à la nation visée par ce vol (acte criminel et crime de guerre). Où cet or restitué appartient à l’humanité et non à la nation visé par cet or. C’est-à-dire, la nation (pays) ne doit pas essayer de s’enrichir à partir de cette restitution, où les territoires vont s’affronter (retour du capitaliste) les uns contre les autres, mais transmettre leur OR à la fondation humanitaire (Banque mondiale).

Un salaire maximum doit être établi par les assemblées constituantes (constitutions) de la république démocratique. Ce salaire maximum permet de forger un ensemble, des ensembles, où le surplus énergétique produit est partager à l’unité des ensembles. Sans l’établissement d’un salaire maximum garanti, la nation se retrouve avec un trou dans le cercle, où l’énergie vitale est aspiré (volé) par un citoyen égocentrique ayant quitté le cercle, et on se retrouve avec une forme pyramidale, une pyramide sans fin (pyramide de guerre), où cette géométrie exprime l’esclavage (capitaliste).

Après l’étude de la psychologie sociale, après l’étude du niveau de vie à l’américaine, le policier suggère une constitution modèle menant au paradis sur terre, la constitution «pouvoir au peuple» est un modèle de transition vers une structure sociale sans argent, où le salaire maximum de 500 000$ à 1 000 000$ est établi pour maîtriser (arrêter) la cupidité (maladie mentale) de l’être humain. La constitution modèle «Pouvoir au Peuple» définit un salaire maximum disponible pour tous selon une structure méritocratique à 6 échelons, pour stimuler la guérison sociale, afin de stimuler l’être humain à devenir une meilleur personne (auto guérison) tout en assurant la sécurité publique :

Le salaire maximum garanti permet d’établir la valeur maximum transmis à l’ensemble (la valeur d’une nation). On désigne le contrôle (partage) de l’argent en circulation au centre de la Banque centrale national (municipale, provinciale, fédérale, internationale). La mission est de forger les structures responsable de la paix sur terre. La paix sur terre nécessite la fin de la compétition, de la spéculation, on désigne la fin du capitaliste, soit la fin du modèle enseigné par la mafia Khazarian (Franc Maçonnerie (Illuminatis = 33e degré de la Franc Maçonnerie)).

Un citoyen mis sous hypnose par le système d’éducation ne peut pas percevoir le chemin à suivre car il est incapable de regarder (penser) au delà de son corps mental (ego), de fausses croyances imbriquées par hypnose, où il défend sans cesse le modèle capitaliste (esclavagisme).

Comme les ressources sont un don de la planète terre (Gaia), où les états (pays) nations exercent un don conscient de leurs surplus en ressources nationales à l’humanité (Banque mondiale), la valeur maximum monétaire d’une nation ne peut pas être établis sur ses ressources (exportations). La planète terre ne possède pas de valeur monétaire car sa valeur réelle est illimitée (incalculable (air-eau-feu atomique, etc.).

Est-ce que la valeur d’une nation peut-être établis sur ses biens meubles (immeubles), ses actifs, quand l’employé de la Banque mondiale des Nations Unis travaille à la première, deuxième, et troisième transformations des produits donnés gratuitement par la terre mère (nation) ?

Selon ma vision (canalisation) du chemin à prendre, à l’image de la constitution «pouvoir au peuple», la valeur maximum d’une nation est établie par son potentiel maximum de développement. Son potentiel maximum de développement peut être uniquement basé sur l’être humain. Le potentiel de développement d’une nation dépend d’une valeur virtuelle transmis à l’être humain pour forger un modèle de transition au système capitaliste (monétaire).

Le jeu de l’argent est une illusion. Le modèle de transition offert par la constitution «pouvoir au peuple» permet uniquement de rassurer le citoyen, pour le guider vers un jeu sans argent, et ceci, pour assurer le respect de la vie lors du transfère des valeurs :

«L’être humain est sur terre pour s’élever, s’entraîner, non pour s’amuser, et non pour travailler. Là est le but de la vie dans l’univers définit dans tous les livres ancestraux cachés aux êtres humain par la mafia Khazarian.» Rock Larochelle

La constitution modèle «pouvoir au peuple» prend en considération toutes les doctrine pour établir un salaire maximum méritocratique respectant le modèle de vie «américain», tout en limitant la consommation (simplicité volontaire) à travers la construction des villes souveraines (Banque Centrale Municipale), soit 1 millions de dollars par année, multiplié par le nombre de citoyen (être humain) occupant le territoire de la nation. Ici, ce modèle respecte la simplicité volontaire, à travers le respect de l’abondance pour chacun, tous en respectant l’évolution technologique :

Il est à noter que le modèle de transition démontré par la constitution «pouvoir au peuple» assure le respect du salaire maximum atteint par un être humain, durant sa vie, la protection de ses biens meubles, et ceci, pour permettre un modèle de transition n’offrant aucune résistance citoyenne.

Cette valeur maximum est alors fixée sur l’or transmis à la nation comme restitution au vol primaire. De sorte, la banque nationale (internationale ou municipale) débourse uniquement au citoyen son salaire, l’argent correspondant à son statut méritocratique. La Banque nationale possède dans ses coffres uniquement l’argent pour le développement énergétique du citoyen.

L’exploitation des ressources, la construction des structures étatiques, est assurée par le respect (besoin) de l’énergie vitale de tous et chacun, et non par le besoin cupide d’argent, où l’individu égocentrique se sert de l’exploitation (esclavagisme) d’un citoyen (ou des ressources) pour réaliser ses buts cupides. Tous les rêves du citoyen sont garanti à travers le respect de la vie sur terre.

Le citoyen se trouve alors à travailler pour sa collectivité (famille), pour l’humanité, et ceci, uniquement trois jours semaine. Il peut gravir les échelons, selon son évolution personnelle, où tous les citoyens peuvent atteindre un niveau de vie où l’abondance est illimitée. Tous peuvent devenir millionnaire :

«Son énergie vitale ($$$) ne doit jamais être exploitée sur le temps (esclavage) donné à une corporation mais sur ses effort personnelles à devenir une meilleur personne.»

Le surplus de biens meubles produit par une nation, (municipale, provinciale ou fédérale), est exporté naturellement vers les états nations (pays) étant dans le besoin. Les Nations doivent s’entraider au lieu d’inventer un jeu de compétition où elle s’auto détruisent entre elles. La compétition surexploite la planète pour enrichir les oligarques à la tête des nations. La compétition est la guerre sur terre et la destruction des écosystèmes.

NOTE IMPORTANTE = L’argent en circulation est à 100% illégale, les cryptomonnaies actuelle son des pyramides sans fin, où les règles de la création monétaire ne sont pas respectés par les États Nations. Il s’agit d’un jeu enfantin de prouver l’usure bancaire (contrefaçon), ou la Fraude de la monnaie canadienne. Si les directeurs de police ne font rien, s’agit-il d’une preuve irréfutable où ils sont tous des membres actifs de la mafia Khazarian (Franc Maçonnerie Illuminatis) à travers leur complicité à cet acte criminel (crime de guerre) ? Ces directeurs peuvent-ils être accusés au criminel pour : «contrefaçon, usure bancaire, haute trahison, terroriste, fraude, abus de pouvoir, etc.» ? La monnaie internationale, une seule valeur monétaire, plusieurs monnaies ayant tous la même valeur, prévient la guerre sur terre. On désigne la fin de la spéculation, la compétition, la corruption, les paradis fiscaux, les intérêts bancaires, les taxes, etc.